AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesTwitterS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» [La Semaine Astrub] Numéro 4: Septange 647
par Kira-dura Ven 8 Sep - 1:00

» Dix vies
par Luvsan Mer 6 Sep - 20:55

» [Journal] Le Défenseur #1
par Kraft Kaiden Sam 12 Aoû - 0:59

» [10 Fraouctor à 21h30 - Pandore] J'ai vu un OVNI dans le ciel du Monde des Douze!
par Nemeo Ven 11 Aoû - 22:46

» [Terminé ~ Djaul] Le Nouveau Royaume d'Ihvari
par Sezario Lun 7 Aoû - 12:02

» Une nuit pluvieuse, à l'intention des gens de la rune jaune.
par Ailyn Jeu 3 Aoû - 1:48

» Présentation d'Ailyn
par Ailyn Mer 2 Aoû - 17:34

» Une lettre un peu spéciale...
par Kraft Kaiden Lun 31 Juil - 20:12

» [Carnet] Lancement des formations
par Kraft Kaiden Dim 30 Juil - 17:32

Statistiques
Nous avons 100 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Luvsan

Nos membres ont posté un total de 3899 messages dans 196 sujets

Partagez | 
 

 Histoire de Praesidium

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kraft Kaiden
Espion entraîné
Espion entraîné
avatar

Verseau

Messages : 885

Date d'inscription : 02/04/2016
Age : 1374

MessageSujet: Histoire de Praesidium   Mar 18 Oct - 20:34

Chapitre premier : Réapparition

Tout commence en Novamaire 645.
Après plusieurs mois sans activité, Kraft Kaiden, haut gradé de l’Oeil Attentif, décida de reprendre du service dans les rang de la milice. Pour ce faire, il s’intéressa à une mission abandonnée par de nombreux officiers. Celle-ci consistait à retrouver une recherchée de la cité qui se trouverait dans les ruines de Gisgoul. Avide de voyage, il n’hésita guère avant de choisir cette mission et se mit en marche vers les Landes de Sidimote.




Kraft fit néanmoins quelques recherches sur cette étrange personne. On lui a rapporté qu’elle s’appelait Kajine Elrod, c’était une disciple de Xelor. Sa seule particularité physique, hormis sa petite taille, était la couleur de ses yeux, qui brillaient d’un violet profond.
Elle était autrefois engagée dans l’armée de la cité car elle possédait deux atouts stratégiques :
D'abord, la couleur de ses yeux n’était pas anodine. Il lui arrivait parfois d’avoir des visions plus ou moins précises de ce qui allait lui arriver. Ainsi elle pouvait prévoir à l’avance des embuscades ennemies.
Ensuite, Kajine avait passé une partie de sa jeunesse à confectionner une arme remarquablement puissante qui lui donnait un avantage conséquent lors des phases de combat. Cependant, il ne trouva aucune précision sur la nature de cette arme. Par crainte que Brâkmar ne réussisse à allier la jeune femme, cinq ambassadeurs furent envoyés pour tenter de la convaincre de réintégrer les rangs de la milice, et ce, en lui promettant mille et une richesses. Deux d’entre eux, sans doute trop insistants, ne revinrent.

A la suite du passage entre plusieurs zaaps et d’une longue marche, Kraft arriva au village dévasté. Il fouilla toute la zone à la recherche de la fameuse xelor. Ce n’est qu’après plusieurs heures qu’il finit par dénicher un havre-sac caché dans une maison abandonnée.
Après un long moment d’hésitation, il se décida à y entrer. Des livres par terre, un miroir dans un coin.
C'était tout, ou presque : Sur le sol, un large tapis rouge dessinait une ligne qui partait de l'entrée et traversait toute la pièce. A son extrémité se trouvait un râtelier. Il y était entreposé un objet étrange.
Juste devant se trouvait Kajine Elrod. Kraft chercha un court moment à la convaincre de le suivre à Bonta en lui rappelant les promesses qui lui avait été faites, mais il abandonna rapidement cette idée. En effet, il comprit que la xelor n’avait aucun envie de retourner à la cité blanche. Elle lui expliqua que s’il acceptait ces offres, on se servirait de nouveau d’elle et de ses pouvoirs. Alors qu’il se demandait pourquoi il avait osé penser qu’il n’échouerait pas là ou tant d’autres l’avaient fait, le milicien se questionna sur la légitimité même de sa mission. Pourquoi devait-on obliger cette femme à travailler pour Bonta ? Le crâ eu de la compassion pour Kajine en songeant à cela. Sa mission n'avait peut-être pas lieu d'exister.

Ne voulant en conclure qu’il avait fais ce long voyage pour rien, il lui demanda de lui raconter son histoire. Elle accepta aussitôt, comme si elle avait également prédit la demande. Elle avait l'air de ne rien craindre de lui, étonnamment. Elle lui montra tout d'abord son arme, qui avait été baptisée "La Clé". C'était une sorte de tube jaune vif émettant une faible lumière. Dans le manche en métal était incrustée une montre. Celle-ci pouvait pivoter pour enclencher un mécanisme. L'arme était usée, rouillée, signe qu'elle avait beaucoup servi. Le tout était relié à un étrange gant sur lequel figurait un autre mécanisme. Le principe de son fonctionnement était simple : L'arme, tenue avec le gant, permettait de lancer des raulebaques de manière bien plus simple que d'ordinaire. Le sort, qui demande de base une grande concentration, une excellent maîtrise et beaucoup d'énergie, est ainsi en partie pris en charge par la machine et son utilisation est facilitée.


Dernière édition par Kraft Kaiden le Mar 14 Fév - 21:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kraft Kaiden
Espion entraîné
Espion entraîné
avatar

Verseau

Messages : 885

Date d'inscription : 02/04/2016
Age : 1374

MessageSujet: Re: Histoire de Praesidium   Mar 8 Nov - 0:03



Chapitre deux : ­Évasion


Après avoir montré son arme à Kraft, Kajine se mit à lui décrire son passif avec la cité qu'elle avait quittée. Le bontarien s'étonna du fait qu'elle accepte aussi facilement de lui raconter son histoire, mais il la laissa faire. Elle commença par sa jeunesse, ou plutôt par le moment où celle-ci bascula dans le mauvais sens. Après la mort de ses deux parents et alors qu'elle était encore petite fille, elle fut "recueillie" par Bonta. Les miliciens avaient connaissance du don de l'enfant et ils comptaient bien l'exploiter. C'est ainsi qu'elle fut emmenée par la milice et rapidement formée aux rudiments du combat. On la fit ensuite intervenir dans des batailles ou diverses missions importantes, où on lui demandait de raconter avec précision tout ce que ses visions lui laissaient entrevoir. Celles-ci paraissaient si réelles que, bien qu'on le l'envoyait pas au combat, elle subissait les affrontements tout autant que les soldats.

Contrairement à ce qu'on pourrait attendre de Bonta, la jeune fille, d'après son récit, n'était pas traitée de la meilleure des façons. À l'inverse, on la considérait davantage comme une arme qu'en tant que personne. Elle devait suivre les missions et n'avait pas son mot à dire. Aucun moment de répit ne lui était accordé, elle faisait ce à quoi on l'avait assignée : raconter ses visions, encore et encore. Et quand on n'avait pas besoin d'elle, on l'entraînait intensivement au combat et à la magie de son dieu. Elle était traitée comme une militaire et sans le moindre respect, sans doute en partie parce qu'elle n'était qu'une enfant. Kajine portait alors un lourd poids sur les épaules et n'avait pas la reconnaissance méritée en retour. De plus, elle n'avait pas droit à l'erreur, et si aucune vision ne se présentait à elle, on le lui reprochait amèrement. Si bien qu'elle était parfois forcée d'inventer des visions, au risque de mettre une mission en péril. On était ici bien loin de l'image de cité de lumière que Bonta s'était forgée.

Cette situation dura une très longue période et Kajine ne connut rien d'autre que la vie de la milice jusqu'à l'âge adulte. C'est à cette période que la jeune femme, particulièrement douée pour la magie xélor et au courant des habitudes des gardes, prépara un nouveau plan d'évasion. Un énième plan d'évasion plutôt, car, évidemment, elle n'avait pas attendu si longtemps pour tenter de fuir. Chacune de ses tentatives menées jusque là avait échoué et on l'avait sévèrement punie.

Kajine orchestra son départ avec l'aide d'un milicien qu'elle avait réussi à convaincre en lui promettant de ne tuer personne. Ils organisèrent le plan en secret pendant plusieurs semaines et le mirent à exécution dès que le milicien en question était de garde. Ils durent assommer plusieurs officiers afin que la jeune xélor puisse quitter l'enceinte de la milice. Son complice avait tout prévu : Elle n'eut ensuite qu'à monter à bord d'une roulotte dont le chauffeur avait été mis dans la confidence et connaissait les hommes qui étaient de garde à l'une des portes de la cité.

Après avoir longuement traversé Cania, elle fut déposée bien plus au sud, près de la Route Sombre. C'était assez loin de Bonta, sur le chemin de son complice voyageur et loin des regards, loin des populations mais surtout loin des cités. Bien que totalement perdue au beau milieu de Sidimote et sans repère, la jeune femme n'avait qu'une chose en tête : s'isoler. Elle s'était décidée à rester seule, afin d'éviter à tout prix que quelqu'un la reconnaisse et que le cauchemar recommence. C'est donc vers Gisgoul que Kajine se dirigea. Le village dévasté lui assurait au moins d'être laissée tranquille pour un temps.
C'est dès son arrivée qu'elle envisagea un moyen de se défendre contre les éventuels miliciens qui viendraient la chercher jusque-là.
Ainsi fut imaginée puis créée la Clé. Elle lui donnait une parfaite échappatoire si quiconque s'en prenait à elle.


Dernière édition par Kraft Kaiden le Lun 26 Déc - 21:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kraft Kaiden
Espion entraîné
Espion entraîné
avatar

Verseau

Messages : 885

Date d'inscription : 02/04/2016
Age : 1374

MessageSujet: Re: Histoire de Praesidium   Lun 26 Déc - 21:07



Chapitre trois : De retour.


À ce stade du récit, Kraft se sentait réellement attristé pour Kajine. Lui qui s'éloignait déjà de la milice depuis une poignée d'années, cette histoire finissait de marquer son détachement de la cité. Avait-il, pendant toutes ses années de services, c'est à dire l'essentiel de son existence, servi pour une cité tout aussi vile que celle qu'elle combat ? Et si, dans le fond, Bonta n'était bienveillante qu'en apparence ?

La xélor lui détailla ensuite sa vie à Gisgoul. Celle-ci s'est toujours déroulée dans des conditions catastrophiques. Elle peinait à trouver de quoi se nourrir, devait régulièrement faire face à des bworks, des scorbutes et d'autres monstres agressifs. De plus, Bonta finit par la retrouver et elle fut obligée de repousser les ambassadeurs de la cité, par la force ou non. Certains officiers de Brâkmar vinrent également, ayant entendu des échos à propos de la Clé. Cela dura de longues années, durant lesquelles la vie de Kajine demeura au final tout aussi agitée que celle qu'elle avait connue à Bonta. Seulement là, elle était libre, en quelque sorte. Elle clôtura son récit en ajoutant que depuis quelques temps les visites avaient cessé. Ainsi le crâ était la première rencontre qu'elle faisait après une longue période calme.

Kraft se sentit alors profondément coupable, lui qui venait justement en tant qu'ambassadeur de la Cité Blanche, il représentait une ville qui avait volé à Kajine son enfance, et lui rappelait ce qui avait ruiné sa vie. Il fut dégoûté par le rôle qu'il endossait, et éprouva le besoin de venir en aide à la pauvre femme, peu importe ce que la milice en penserait. C'est alors qu'il lui proposa, ayant constaté le piteux état de son havre-sac, de l'héberger le temps qu'elle trouve meilleur logement ailleurs. L'idée paraissait folle, d'autant plus que le seul logement dont il disposait était sa maison du centre-ville de Bonta. Mais pour Kraft, la seule façon de fuir Bonta était de se cacher là où il ne viendrait pas les chercher, en Bonta elle même. Cela sonnait en son esprit davantage comme un prétexte que comme une réelle raison, le crâ ne voyant pas vraiment d’autre alternative.

Cela n’enchantait pas la xélor. Néanmoins, elle finit par accepter. Ce choix s’explique sans doute par la confiance qu’elle venait de placer en Kraft et l’idée d’avoir un toit, ce qui lui paraissait alors bien lointain.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kraft Kaiden
Espion entraîné
Espion entraîné
avatar

Verseau

Messages : 885

Date d'inscription : 02/04/2016
Age : 1374

MessageSujet: Re: Histoire de Praesidium   Jeu 16 Fév - 23:05

Chapitre quatre : De précieux alliés.

Contre toute attente, Kraft avait vu juste. Les jours passèrent sans que les soldats de Bonta ne trouvent Kajine. Il s’était contenté d’annoncer l’échec de sa mission à la milice,  et cela ne semblait éveiller aucun soupçon. Ils pouvaient ainsi profiter de la maison pour souffler un peu. Se posait ensuite une question  : Que faire ? Était-ce vraiment pertinent de cacher Kajine au cœur de Bonta ? Ils avaient sans doute réfléchi trop vite.Plus les jours passaient et plus l’absence de solution les poussait à penser cela. Fallait-il que Kajine retourne à Gisgoul ? Hors de question de rester seule plus longtemps. Fallait-il sortir, et risquer de se faire repérer ? Assurément, non.
Mais, au bout de quelques jours, alors que l’inquiétude commençait à s’installer, quelqu’un frappa à la porte. Se présentait à l’entrée Sharmakhis, un ami de Kraft qui venait lui rendre visite comme à son habitude. Mais contrairement à l’ordinaire, Kraft n’était pas seul, ce qui n'échappa évidemment pas au petit éniripsa. Un simple regard sur la xélor fit émerger une multitude de questions : “ Qui est-ce ? D’où vient-elle ? Enfin une conquête ?”. une seule réponse sortit de la bouche du crâ, un simple “Je ne vois pas de qui tu parles.”. Il n’aura pas fallu plus de deux secondes avant que Sharmakhis comprenne qu’elle n’avait rien à faire là, en Bonta. Étant tout de même assez proche du crâ, il lui demanda quand même quelques explications. Kraft lui résuma donc la situation en très gros, ainsi que le problème qui se présentait à eux.
Après ce bref récit, c’est naturellement que le petit bonhomme proposa son aide pour cacher Kajine et protéger la Clé. Ça ne résolvait pas leur problème, mais ça les rassura tous les deux.

Ensemble, ils formaient déjà un petit groupe partageant le même but, protéger la Clé.
Les jours passèrent, le secret restant bien gardé. Sharmakhis venait tous les jours et Kajine, elle, n’avait pas le droit de sortir. Cet enfermement força le rapprochement entre elle et Kraft, rapprochement duquel naquit rapidement un amour naissant.

C’est une semaine plus tard qu’un autre problème se posa et cette fois-ci, Bonta n’y était pour rien. Brâkmar ne pouvaient laisser la Clé lui filer entre les doigts, la cité avait engagé un assassin connu à Sufokia comme étant un monstre sans foi ni loi. Ce dernier, ayant retrouvé la piste de la xélor, entra de force dans la maison du crâ. Un grand sourire se forma sous l’ombre de son chapeau lorsqu’il aperçut sa cible.

Prêt à mettre fin aux jours de Kajine, se sentant pousser des ailes, il fixait la jeune femme avec un air mauvais, plein de détermination. Cela ne dura pas, car il se fit stopper net par Kraft et Sharmakhis. Il avait beau s’être exclamé “Je te tiens, cette fois !” tel un antagoniste de mauvais conte pour enfants, il ne put rien faire. À vrai dire, le steamer, du nom de Réganem, n’avait rien d’un assassin, c’était plutôt un couard incapable de se battre et la simple vue des deux compères lui avait suffi pour rendre les armes. Une mascarade ?  


Une fois attaché, le steamer expliqua les intentions de la ville sombre, qui étaient simples: “ Traquer Kajine Elrod et ramener la Clé”. Réganem n’avait pas d’autre choix que d’accepter l’offre de Brâkmar qui le menaçait de le livrer à Sufokia. Ainsi, Kraft préféra le laisser se faire passer pour mort aux yeux des brakmariens, plutôt que le tuer réellement. Mais il en savait trop et ne pouvait pas partir comme si de rien n’était. Il proposa alors son aide et ils l'acceptèrent. Il n’avait aucun talent pour se battre mais avait une certaine maîtrise de la mécanique, ce qui plut aux autres. Il devint alors un membre du petit groupe. Il finit, avec le temps, par s’entendre de mieux en mieux avec les trois amis, notamment avec Sharmakhis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kraft Kaiden
Espion entraîné
Espion entraîné
avatar

Verseau

Messages : 885

Date d'inscription : 02/04/2016
Age : 1374

MessageSujet: Re: Histoire de Praesidium   Sam 8 Juil - 4:55

Chapitre cinq: Praesidium.

Lorsqu’il semblait qu'on les avait un peu oubliés, ce qui signifiait qu’on ne savait pas où chercher, les cinq amis commencèrent à passer leur temps à jouer au cartes, et c’est lors d’une de ces fameuses parties, même pas alcoolisées, que Kraft lança l’idée de faire de leur groupe une guilde. Ils auraient alors un prétexte pour quitter Bonta et s’installer ailleurs. Cela pouvait leur permettre de recruter d’autre personnes qu’ils jugeaient dignes de confiance afin de gagner en puissance et en sûreté.
Évidemment, créer une guilde n’avait rien de discret et risquait d’attirer l’attention sur eux.
On décida, par prudence, que Kajine utiliserait un pseudonyme pour l’inscription officielle au temple des guildes, auquel Sharmakhis irait déclarer la création de la leur. La xélor se ferait alors appeler “Nihil”.

Les autres étaient d’accord pour fonder cette guilde mais il leur fallait un nom, car “ protecteurs de la clé” était tout sauf subtil. Et c’est après quelques minutes de réflexion et quelques idées farfelues que Sharmakhis proposa le mot “Praesidium” qui, selon lui, signifiait “Protection”. Praesidium, un nom qui sonnait bien pour chacun, et définissait le rôle que le petit groupe s’était donné.

Guildalogemme en poche, le petit éniripsa se rendit donc au temple des guildes. Le nom était déjà déterminé et la guilde arborerait le dessin d’une rune en guise de blason.


C’était fait. Le petit groupe avait enfin une identité concrète. Ce fut l’évènement qui décida les quatre amis à quitter Bonta pour fonder leur petite communauté ailleurs.
Un nouveau départ et la création d’un groupe indépendant, non-aligné, c’est ce à quoi songeaient les premiers membres de ce qui allait devenir un mouvement résistant. La décision prise, ils partirent dans la nuit, dans la plus grande discrétion, pour affronter la traversée de Cania.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Histoire de Praesidium   

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoire de Praesidium
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» L'histoire de Dietrich de la famille Hohenloe
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» Liqueur panda de brume; histoire, description et questions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Præsidium :: Quartier Général :: Bibliothèque-
Sauter vers: